VILLE DE TOURNUS

Affiche MT compresséeBernard Husson : de la matère de corps à la forme d'idée.
Ce qui vient d'abord, à peine dégagé de l'épaisseur matricielle de la pierre et avec les allures de chapiteaux romans, c'est le corps ramassé en lui-même, humain ou animal, et comme enfoui dans la profondeur et le silence de son recueillement. Une face émerge, une ébauche se déploie, mais sans cesser d'adhérer à la masse entère dont elle partcipe et qui la retent. C'est comme la parturiton de l'être, promise à l'infnitude de l'éternité, sans volonté de mouvement, sans désir d'individuaton, sans projet en directon du monde, sans autre aspiraton que la contemplaton enclose et infuse. Comme nous l'avons appris des plus anciens m aîtres sculpteurs du moyen âge, la vérité de l'être n'appartent pas à l'identté, qui a parte liée avec la société et avec l'histoire, mais à l'intériorité, tout entère tournée vers le divin.

Bernard Husson à fait étape longuement sur cete voie. Il a mené de ce côté un travail d'expression qui évoque pour nous la quête des origines et l'approfondissement de laconscience du sacré.

"Marguerite Thibert a été une des premièred personned à m'aider dans l'art. Elle m'a fait connaître du monde dans ce domaine et m'a fait faire de nombreuses expositions, dont celle sur les chemins de Compostelle où j'ai été lauréat en 1985. Elle était mécène pour de nombreux artistes, voilà pourquoi je lui rends hommage.

Du 17 juillet à fin août au cloître de l'abbaye Saint-Philibert

Entrée libre